Arts vivants en Afrique : Un centre régional à Bobo-Dioulasso pour sa protection et sa promotion

Soumis par cbadminc le mer 08/11/2017 - 13:54
Image actualité
Arts vivants en Afrique : Un centre régional à Bobo-Dioulasso pour sa protection et sa promotion

L’ouverture officielle du siège et le lancement des activités du Centre régional des arts vivants en Afrique (CERAV/Afrique) ont eu lieu, lundi 29 mars 2016 à Bobo- Dioulasso, en marge de la Semaine nationale de la Culture (SNC). Plusieurs acteurs culturels ont assisté à cette cérémonie patronnée par le Premier ministre Paul Kaba Thiéba. Premier du genre au Burkina, CERAV/Afrique a pour but de protéger et de promouvoir la diversité des expressions culturelles.

C’est conformément à la Convention de l’UNESCO de 2005 portant sur la protection et la promotion des arts vivants en qu’est née l’idée de l’ouverture de CERAV/Afrique. CERAV est spécialisé dans la promotion des arts du spectacle de même que du cinéma et de l’audiovisuel. Il a été créé le 14 juin 2010 à Paris en France et officiellement lancé le 3 octobre après un accord concluant entre le Burkina et l’UNESCO, avec le statut d’établissement public à caractère scientifique, culturel et technique.

Choisir Bobo-Dioulasso pour abriter CERAV/Afrique constitue de l’avis de Jérémie Kouka Ouédraogo, un signal fort de l’attention que le gouvernement accorde au développement de ladite ville, et de manière plus étendue, à l’ensemble de la région des Hauts-Bassins. Il est évident se convainc-t –il, que cette structure contribuera à dynamiser davantage la vie culturelle de la région tout en faisant de Bobo-Dioulasso une ville culturellement en ébullition grâce aux grandes rencontres d’échanges, de réflexion et de manifestations.

CERAV/Afrique, un pôle d’impulsion de nouvelles actions culturelles
Le centre régional des arts vivants est sous la responsabilité de Michel Saba en tant que délégué général. Il a pendant la cérémonie officielle étalé les actions qui y seront développées. Il s’agit, a-t-il énuméré :
Image retirée.  du renforcement de l’offre de biens et services culturels des opérateurs burkinabè des filières arts vivants et audiovisuel
Image retirée.  de l’accès des opérateurs culturels locaux aux marchés des pays membres de la région Afrique dans les domaines des arts vivants et de l’audiovisuel
Image retirée.  de renforcer les capacités opérationnelles et la compétitivité des opérateurs des filières concernées.

L’opérationnalisation de CERAV/Afrique à l’échelle régionale facilitera un partage d’expériences sur les bonnes pratiques dans les domaines des arts vivants et de l’audiovisuel, mais surtout le renforcement de la coopération culturelle. En somme confie le délégué général, CERAV/Afrique se veut porteur de nouvelles opportunités pour le développement du secteur culturel africain. Aussi, il fait savoir que : « le processus d’opérationnalisation du Centre devrait orienter parallèlement vers l’extérieur, vers les autres pays, au regard de la vocation régionale de l’institution ».

Le parrain Filiga Michel Sawadogo ministre de l’Enseignement supérieur, pour sa part a d’abord rappelé que CERAV/Afrique est le 2ème centre de la Catégorie 2 de l’UNESCO, après le Centre international pour l’éducation des filles et des femmes en Afrique (CIEFFA). Il est aussi en Afrique, l’une des trois institutions du genre dans le domaine de la Culture. Le Burkina Faso se voit ainsi honoré d’abriter ces instituts de catégorie 2 de l’UNESCO, considérés comme des partenaires opérationnels qui jouent un rôle important dans le domaine spécifique de la culture. Le Burkina poursuit-il, est passé par une grande campagne diplomatique menée sur la base d’un dossier solide, pour obtenir en 2010 l’accord de la Conférence générale de l’UNESCO, seule instance habilitée à autoriser la création d’un Centre de catégorie 2.

En tant que Président de la Commission nationale pour l’UNESCO, le ministre de l’enseignement supérieur s’est félicité des efforts déjà accomplis. Il a aussi exhorté les responsables du Centre à travailler afin qu’il devienne la plaque tournante des experts, des opérateurs culturels africains, des institutions internationales dans le secteur culturel et des acteurs politiques à travers des programmes pertinents. Avec la création de ce centre renchérit Tahirou Barry, ministre de la Culture, des arts et du tourisme, le Burkina s’engage à entretenir, à développer et à dynamiser davantage le secteur culturel bien riche en Afrique. Au nom du gouvernement, il a lancé un appel à tous les Etats et institutions au niveau régional à prêter une oreille attentive aux sollicitations, afin de faciliter l’opérationnalisation intégrale du CERAV/Afrique dans sa vocation régionale.

Bassératou KINDO
Lefaso.net